Dresde *** COMPLET ***


Triptyque italien dans la Florence de l'Elbe, avec Christian Thielemann

Du 28 avril au 1er mai 2018

Chef d’œuvre d’architecture de 1838, la Semperoper a vu naître entre ses murs des chefs d’œuvre tels que Der Rosenkavalier de Richard Strauss, mais aussi Tannhaüser ou Le Vaisseau fantôme de Wagner, établi dans la cité des rives de l’Elbe au début des années 1840. Depuis, la salle fait la part belle au grand répertoire et l’on peut y applaudir quelques-unes des plus belles productions d’Europe sous la direction de Christian Thielemann.
Demandez le programme détaillé de notre voyage musical à Dresde: 01 43 59 20 33.


Votre confériencière

Habitant Dresde depuis de nombreuses années, diplômée en littérature et histoire de l’art, traductrice et interprète indépendante spécialisée dans les domaines politiques et culturels, votre conférencière partagera sa passion pour sa ville lors de ce séjour en Allemagne.



Dresde, capitale de la musique

Comment ne pas évoquer, au fil de la promenade dans le centre-ville de Dresde, les nombreux musiciens qui s’y pressèrent depuis le 18e siècle, à l’époque où l’opéra du roi de Pologne était un haut lieu de l’Europe musicale ? Schütz, Bach, Zelenka, Hasse, les Schumann, Chopin, Liszt, Mozart, Weber, Wagner, Berlioz, Rachmaninov, Scriabin, Strauss, Chostakovitch… tous ont contribué à façonner l’identité de la capitale de la Saxe.
Les lieux de résidence des grands musiciens ont toujours une extraordinaire force d’évocation… C’est le cas de la maison où Weber  composa nombre de ses plus grands opéras, de la villa des parents de Clara Schumann, et bien sûr de la « maison Lohengrin » – ainsi nommée pour avoir servi de cadre de la composition du fameux opéra de Wagner. Ce dernier fût également locataire du superbe Palais Marcolini, construit en 1719 pour la princesse de Teschen, alors maîtresse d'Auguste le Fort. C’est dans son salon chinois qu’eu lieu l'entrevue de Napoléon et de Metternich – évènement à propos duquel la directrice de la communication du palais nous livrera de précieux éclaircissements. 
 
En face du palais, au cimetière catholique, le tombeau de Weber est l’œuvre de Gottfried Semper, le grand architecte de la ville.



La splendeur retrouvée de la Florence de l’Elbe

L’Altstadt, la vieille ville, symbolise l’histoire tourmentée de Dresde : les monuments baroques y ont souvent été, à l’instar de la magnifique « Frauenkirche », reconstruits à l’identique après les bombardements, dans une farouche volonté de renaissance. Nous prendrons le temps d’admirer le fameux « Fürstenzug », fresque historique de 102 mètres de longueur et composée de 25000 carreaux en porcelaine de Meissen, représentant les ducs de Saxe, avant de gagner la cathédrale de la Sainte-trinité, dont la magnifique façade est ornée de 78 statues de saints, puis le Palais de la Résidence des Princes de Saxe, progressivement modifié de 1287 jusqu’au 17e siècle. La place du théâtre regroupe nombre de symboles de la ville, comme l’opéra, restauré à l’identique après les bombardements de 1945, ou le superbe « Zwinger » palais réalisé sur l’ordre du roi August II à l’emplacement de l’ancienne forteresse de Dresde, lui aussi reconstruit et restauré après la guerre. A la « Gemäldegalerie Alte Meister » enfin, c’est l’un des plus fantastiques florilèges de peinture européenne au monde qui nous sera présenté.
 
Deux escapades à proximité de Dresde nous mèneront à Pillnitz, splendide « chinoiserie » et résidence d'été des princes électeurs de Saxe, puis à Meissen, dont la célèbre manufacture de porcelaine, ouverte en 1710 est toujours en activité aujourd'hui. Son musée permet d’admirer quelques superbes objets d'art.



Vos spectacles

À la Semperoper de Dresde :
 
     LA FORCE DU DESTIN, de G. Verdi
     Staatskapelle de Dresde
     Chœur de la Semperoper
     Direction musicale : Mark Wigglesworth
     Mise en scène : Keith Warner
     Avec Michael Eder, Emily Magee, Gregory Kunde, Christina Bock… 
 
C’est la première d’une nouvelle production de La Forza del destino, que propose la maison saxonne pour ce printemps dresdois. Spécialisé dans le répertoire du 19e siècle, le metteur en scène Keith Warner est réputé pour la grande ingéniosité de ses travaux. Et des idées, il en faut pour décortiquer ce qui constitue sans doute le livret le plus complexe du catalogue verdien ! Du sang, des amours contrariées et une orchestration remarquable, pas étonnant que l’œuvre ait connu, dès sa création, en 1862, un succès qui ne s’est jamais démenti. 
 
 
     TOSCA, de G. Puccini
     Staatskapelle de Dresde
     Chœur de la Semperoper
     Direction musicale : Christian Thielemann
     Mise en scène : Johannes Schaaf
     Avec Ludovic Tézier, Aleksandr Antonenko, Martin-Jan Nijhof, Matthias Henneberg…  
 
S’il fallait trouver une bonne raison de traverser le Rhin, l’Elbe et l’Allemagne dans toute sa largeur, la perspective d’entendre Ludovic Tézier dans le rôle de Scarpia suffirait à justifier tous les voyages. En effet, le baryton français au caractère affable s’avère exceptionnel dans le plus célèbre « méchant » du répertoire. Les autres arguments se nomment Christian Thielemann, l’une des baguettes les plus passionnantes du 21e siècle et Johannes Schaaf qui signait en 2009, in loco, une Tosca visuellement et théâtralement proche de la perfection.
 
     OTELLO, de G. Verdi
     Staatskapelle de Dresde
     Chœur de la Semperoper
     Direction musicale : Daniele Callegari
     Mise en scène : Vincent Boussard
     Avec Maxim Aksenov, Markus Marquardt, Hibla Gerzmava, Merto Sungu…  
 
Vainqueur d’une bataille stratégique menée sur l’armée turque, Othello rentre à Chypre en héros. Un statut qui n’est pas sans faire des envieux, prêts à tout pour déstabiliser ce général maure de l’armée vénitienne. Traître le plus célèbre du théâtre shakespearien, c’est l’infâme Iago qui dirigera le complot destiné à conduire l’époux de Desdémone à la folie, en distillant perfidement en lui le venin de la jalousie…



Extension optionnelle

Soirée optionnelle : 
 
Le 1e mai, à la Staatskapelle de Dresde :

     UN REQUIEM ALLEMAND, DE J. BRAHMS
     
200 E ANNIVERSAIRE DU CŒUR
 
 
     Chœur de la Semperoper
     Direction musicale : Christian Thielemann
     Avec Christiane Karg (soprano) et Christoph Phol (basse)…  
 
Pour célébrer les 200 ans d’existence du chœur du Semperoper – parmi l’un des meilleurs au monde – la Staatskapelle accueille ce grand concert anniversaire au cours duquel sera interprété l’une des œuvres les plus émouvantes du répertoire choral : Un requiem allemand, de Johannes Brahms. Composé sur un texte en allemand (et non en latin, ce qui lui vaut ce titre), l’ouvrage au sujet austère, constitue néanmoins l’une des pièces les plus optimistes du compositeur, qui souhaitait replacer l’humain et l’espoir au cœur des préoccupations métaphysiques. Achevée en 1866, la pièce, vécue par Brahms comme un rite de passage, connut un franc succès et inscrivit le jeune musicien au panthéon des grands créateurs de son temps.

Prix par personne

Forfait en chambre double : 2 990 €
Supplément chambre individuelle : 312 €
 


Ces prix comprennent

le vol aller-retour Paris / Dresde en classe économique • l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 3 nuits • la taxe de séjour • les visites et transferts mentionnés au programme • les places de spectacle à l’Opéra de Dresde en première catégorie • tous les repas (boissons comprises) sauf le déjeuner du 1e mai • l’assistance rapatriement.
 
EXTENSION OPTIONNELLE 

Du 1e au 2 mai 2018
 
Forfait en chambre double : 510 €
Supplément chambre individuelle : 111 €
 
Le prix de cette extension comprend : l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 1 nuit • la taxe de séjour • les visites et transferts mentionnés au programme • l’assistance rapatriement.


Séjour accompagné sur place.