VI
Voyages Individuels menu
La Fugue
Voyages Accompagnés Voyages Individuels Voyages Sociétés Voyages sur-mesure Calendriers Communication Contact Mentions Légales
Tous nos voyages Fr Eng
VI
Retour au voyage précédent
Baden-Baden – Avril 2023
Séjour de Pâques
Du 8 au 11 avril 2023
Nombre limité de participants
Avec Kirill Petrenko et l’Orchestre Philharmonique de Berlin
Bulletin d'inscription

Nouvelle production de La Femme sans ombre

Venez profiter d’un séjour enchanteur. Baden-Baden est l’une des cités les plus charmantes d’Allemagne. Apprécié du gotha mondial dès le dix-neuvième siècle, la ville de la Forêt Noire éblouit toujours par sa douceur de vivre, ses spas, son magnifique musée Frieder Burda ou encore son adorable vieille ville.

 

 

En période de Pâques, Baden-Baden devient capitale de musique. Dans son superbe Festpsielhaus (l’une des plus belles salles d’Allemagne), l’Orchestre Philharmonique de Berlin y prend ses quartiers de printemps. Et c’est à ce titre que nous vous proposons une nouvelle production de La Femme sans ombre, sommet de la collaboration entre Richard Strauss et le poète Hugo von Hoffmanstahl, dans une mise en scène de Lydia Steier et sous la direction de Kirill Petrenko. Le directeur musical de la formation berlinoise présente également un formidable programme Richard Strauss aux côtés de la soprano Diana Damrau et « prête » son orchestre à la cheffe baroque Emmanuelle Haïm pour un oratorio de Händel d’anthologie.

Votre programme

SAMEDI 8 AVRIL – BADEN-BADEN

 

À 18h, au Festspielhaus :

 

LE TRIOMPHE DU TEMPS ET DE LA DÉSILLUSION, de G. F. Haendel

 

Orchestre philharmonique de Berlin

Emmanuelle Haïm : Direction musicale

 

Elsa Benoit : la Beauté
Franco Fagioli : le Plaisir
Lestyn Davies : la Désillusion
Anicio Zorzi Giustiniani : le Temps

 

Au printemps 1707, Georg Friedrich Haendel a 22 ans. Il réside à Rome et compose son premier oratorio, sur un texte du cardinal Benedetto Pamphili, Il Trionfo del Tempo e del Disinganno (Le Triomphe du Temps et de la Désillusion), ouvrage qui sera créé l’été suivant. Le livret raconte une histoire universelle : Beauté se regarde dans le miroir du Plaisir mais le Temps et la Désillusion guettent… Si l’oratorio fait la part belle aux voix solistes, la beauté de la musique est telle que le compositeur allemand (qui s’installera bientôt à Londres) n’hésitera pas à réutiliser de nombreux airs de cet oratorio pour ses prochains opéras. Les personnages de Beauté, Plaisir et Désillusion ont très certainement été créés par des castrats, les femmes n’ayant pas le droit de chanter dans la Rome de l’époque ; quant à Tempo, il a été conçu pour une voix de ténor. Régulièrement invitée à la tête du prestigieux Philharmonique de Berlin, la cheffe baroque Emmanuelle Haïm dirige ici une distribution de rêve puisque outre le Temps d’Anicio Zorzi Giustianiani, on retrouve deux célèbres contre-ténors en Plaisir (Franco Fagioli) et Désillusion (Iestyn Davies). Dans le rôle-titre, la merveilleuse soprano française Elsa Benoît a la voix idéale pour incarner la Beauté.

 

 

DIMANCHE 9 AVRIL – BADEN-BADEN

 

 

À 18h, au Festspielhaus :

 

LA FEMME SANS OMBRE, de R. Strauss

 

Orchestre philharmonique de Berlin

 

Kirill Petrenko : Direction musicale

 

Clay Hilley : L’empereur
Elza van den Heever : L’impératrice
Michaela Schuster : La nourrice
Wolfgang Koch : Barak
Iréne Theorin : Le teinturier

 

 

Et si c’était le plus bel opéra de Richard Strauss ? Certes, La Femme sans ombre est moins connue que des ouvrages comme Salomé, Elektra ou Le Chevalier de la rose, mais il partage avec les trois chefs d’oeuvres cités, un livret d’Hugo van Hoffmanstahl. Créé en 1919, après huit ans de gestation, La Femme sans ombre est sans doute le sommet de la collaboration entre le compositeur allemand et le poète autrichien. Deux couples, l’un mortel l’autre immortel, s’affronte à la question de la fécondité, avec une richesse qui n’a d’égale que la splendeur de la musique. À juste titre, les spécialistes ont comparé les coloris orchestraux de l’oeuvre aux opulentes toiles de Gustav Klimt ! C’est un privilège que d’assister à une nouvelle production de La Femme sans ombre à Baden-Baden. Le Festival de Pâques réunit en effet l’Orchestre Philharmonique de Berlin et Kirill Petrenko (qui a déjà porté l’oeuvre au triomphe à Munich) avec une mise en scène de l’américaine Lydia Steier, responsable notamment d’une prodigieuse Flûte Enchantée au Festival de Salzbourg en 2018. Un quintette vocal de haut vol (Clay Hilley, Elza van den Heever, Michaela Schuster, Wolfgang Koch, Irene Theorin), complètent la richesse étourdissante de la soirée.

 

 

LUNDI 10 AVRIL – BADEN-BADEN

 

 

À 16h, au Festspielhaus :

 

CONCERT KIRILL PETRENKO / DIANA DAMRAU

 

Orchestre philharmonique de Berlin

 

Kirill Petrenko : Direction musicale

 

Diana Damrau : Soprano

 

R. Strauss :
– Quatre derniers lieder
– Une vie de héros

 

 

Voici ce que Richard Strauss déclarait au sujet de sa Vie de héros : « Je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas composer de symphonie au sujet de moi-même ; je me considère aussi intéressant que Napoléon ou Alexandre le Grand ! ». Bien sûr, le compositeur se montrait sans doute ironique, mais il n’en demeure pas moins que le Héros en question est bien Strauss
lui-même ! À 34 ans et avec toute la fougue de la jeunesse, le musicien allemand signe son adieu au poème symphonique et se prépare pour les opéras à venir. Changement d’atmosphère un demi-siècle plus tard. En 1948, Strauss a connu une vie comble et heureuse malgré les vicissitudes de l’Histoire. Juste avant de s’éteindre, il signe un ultime adieu à la musique avec ses sublimes Quatre Derniers Lieders. Cet éternel chef d’oeuvre sera joué avec toute l’émotion requise par la soprano Diana Damrau et l’Orchestre Philharmonique de Berlin dirigé par Kirill Petrenko qui connaissent cette musique comme personne.

Prix par personne

 

VOTRE HÔTEL AU CHOIX

 

 

BELLE EPOQUE (****)
Cadre luxueux et hospitalité d’une superbe demeure du 19e siècle rénovée : l’hôtel Belle Époque vous séduira par son authenticité et son calme. Le service et le confort sont irréprochables.

 

BRENNER’S PARK (*****)
Dans les contreforts de la Forêt-Noire, le Brenner’s Park-Hotel & Spa domine le magnifique parc de Lichtentaler Allee. Véritable havre de paix, cette institution de légende cultive depuis 135 ans l’art de vivre qui fait son renom.

 

 

Belle Époque :
Forfait en chambre double Deluxe : 1 670 €
Supplément chambre individuelle Superior : 210€
Supplément chambre individuelle Deluxe : 540 €

 

 

Brenner’s Park :
Forfait en chambre double Deluxe vue parc : 2 640 €
Supplément Supérieure vue parc à usage individuel : 840 €
Supplément Deluxe vue parc à usage individuel : 1 290 €

 

 

Le prix de ce séjour comprend : l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 3 nuits • la taxe de séjour • les places de spectacle de catégorie II • l’assistance rapatriement.

 

Le prix de ce voyage ne comprend pas : les extras • le transport • les transferts aéroport

 

Séjour individuel.

 

Programme et prix communiqués sous réserves de modification de la part du Festspielhaus, ou par décision gouvernementale,
en raison d’éventuelles contraintes sanitaires.
Transport et transferts aéroport sur demande

Et aussi...
Séjour de Pâques
Du 8 au 11 avril 2023
Chef de projet

Elisabeth Belloc

+ 33 (0) 1 43 59 20 32

Contacter par courriel
Retrouvez tous les détails de ce voyage sur votre ordinateur
Chef de projet

Elisabeth Belloc

+ 33 (0) 1 43 59 20 32

Contacter par courriel
Inscriptions

Ouvertes