VI
Voyages Individuels menu
La Fugue
Voyages Accompagnés Voyages Individuels Voyages Sociétés Voyages sur-mesure Calendriers Communication Contact Mentions Légales
Tous nos voyages Fr Eng
VI
Retour au voyage précédent
LUCERNE
Festival d'été
Du 12 au 17 août 2023
Nombre limité de participants
Luxe,
Musique
et
Volupté !
Bulletin d'inscription

Festival d'été de Lucerne

Bienvenue au paradis !

Au plus beau du mois d’août, Lucerne prend en effet des airs de jardin d’Eden. Un lac merveilleux, des montagnes idylliques, une vieille ville adorable et surtout un festival de musique exceptionnel.

 

Durant plusieurs jours, nous vous invitons à vivre des concerts en compagnie des plus grands musiciens actuels. Dans un environnement d’exception, le Festival de Lucerne propose soirées symphoniques (Orchestre du Festival de Lucerne, Orchestre Philharmonique d’Israël), œuvres monumentales (Symphonie n° 3 de Mahler) et récitals de prestige (Maria João Pires, Martha Argerich, Víkingur Ólafsson…). Le tout, dans l’écrin magnifique du KKL dessiné par Jean Nouvel.

Votre programme

Samedi 12 août – Lucerne

 

À 18h30, au KKL Luzern, Concert Hall :

 

ORCHESTRE DU FESTIVAL DE LUCERNE – R. CHAILLY / M. J. PIRES

 

Orchestre du Festival de Lucerne
Riccardo Chailly : Direction musicale
Maria João Pires : Piano

 

– W. A. Mozart : Concerto pour piano en ré mineur, KV 466
– J. Brahms : Symphonie n° 4 en mi mineur, op. 98

 

Le Concerto pour piano n° 20 est l’un des suprêmes chefs-d’œuvre de Mozart. C’est tout d’abord une pièce écrite au sommet de la gloire viennoise du compositeur. Certes, le musicien meurt dans le dénuement, mais en 1785, il est adulé par la haute société habsbourgeoise.

 

Ce concerto est unique dans le sens où il sera l’une des rares musiques de Mozart à survivre au romantisme.

 

Cela nous paraît aujourd’hui difficilement concevable mais Mozart connut une éclipse de notoriété au dix-neuvième siècle. On reléguait l’auteur de L’Enlèvement au sérail au langage galant du siècle précédent. Les premiers romantiques, Beethoven en tête, adorèrent pourtant le Concerto n° 20. Ce chef d’œuvre vibrant sera joué par l’immense pianiste portugaise Maria João Pires.  En deuxième partie, Riccardo Chailly à la tête de son orchestre dirige la quintessence de l’esprit romantique. Écrite dans les montagnes d’Autriche, la Symphonie n° 4 de Brahms émeut par sa couleur automnale et sa force passionnée. À partir d’une idée simple, Brahms crée d’imposantes structures, un peu comme un semis fait naître une fleur ou un champ. Le premier et dernier mouvement de la Symphonie n° 4 sont d’une incroyable logique formelle, et pourtant dès les premières mesures, on est emporté par la beauté mélodique de la musique.

 

 

Dimanche 13 août – Lucerne

 

À 18h30, au KKL Luzern, Concert Hall :

 

ORCHESTRE PHILHARMONIQUE D’ISRAËL – LAHAV SHANI

 

Orchestre Philharmonique d’Israël
Lahav Shani : Direction musicale

 

– J. Brahms : Symphonie n° 1 en do mineur op. 68

 

Johannes Brahms a été encouragé à écrire une symphonie dès 1853 par son ami Robert Schumann. En 1862, il achève l’« Allegro » initial et montre le manuscrit à Clara Wieck-Schumann, qui lui conseille plutôt d’en faire une sérénade. Éternel insatisfait, le compositeur allemand ne présentera sa Première Symphonie que vingt-trois ans plus tard, constamment inquiété par le poids de l’héritage beethovenien. Les premières critiques furent très positives : « Cette magnifique symphonie témoigne d’une volonté énergique, d’une pensée musicale logique, d’une grandeur de facultés architectoniques, et d’une maîtrise technique telles que n’en possède aucun compositeur vivant. ». D’autres iront même jusqu’à parler de la «  Dixième Symphonie de Beethoven ». Ce chef d’œuvre initial sera donné par le chef Lahav Shani à la tête de l’Orchestre Philharmonique d’Israël. En quelques années, le jeune chef israélien (actuellement directeur musical à Rotterdam) s’est imposé comme l’une des meilleures baguettes de notre époque.

 

 

Lundi 14 août – Lucerne

 

À 19h30, au KKL Luzern, Concert Hall :

 

RÉCITAL VÍKINGUR ÓLAFSSON

 

Víkingur Ólafsson : Piano

 

– J. S. Bach : Aria et diverses variations, BWV 988 Variations Goldberg

 

Comme pour beaucoup de chefs-d’œuvre d’avant 1800, de nombreuses légendes circulent autour des Variations Goldberg. Publiée en 1741, la pièce serait initialement destinée à occuper les nuits de l’insomniaque Comte von Keyserling, ambassadeur de Russie à Dresde, et tiendrait son nom du claveciniste Johann Gottlieb Goldberg, élève de Bach. L’anecdote reste bien sûr sujette à caution mais donne la mesure d’une musique qui se déploie sur trente variations réparties en deux grands tableaux.

 

Les Variations Goldberg constituent ainsi la synthèse de toutes les formes utilisées par Bach jusqu’à cette date : duos, inventions, gigues, fugues, toccatas, canons, tous construits sur la même basse harmonique (c’est cette dernière qui est en fait « variée »). Le compositeur y conjugue également toutes les esthétiques européennes de son temps, et ce dès le célèbre Aria liminaire, d’une beauté immaculée.

 

Star du label Deutsche Grammophon, Víkingur Ólafsson s’affronte à l’un des Everest de son instrument. L’art de l’atmosphère et la science d’articulation du pianiste islandais dessineront ici un paysage musical idéal.

 

 

Mardi 15 août – Lucerne

 

À 19h30, au KKL Luzern, Concert Hall :

 

WEST-EASTERN DIVAN ORCHESTRA – D. BARENBOIM / M. ARGERICH

 

West-Eastern Divan Orchestra
Daniel Barenboim : Direction musicale
Martha Argerich : Piano

 

– F. Chopin : Concerto pour piano n° 1 en mi mineur, op. 11
– J. Brahms : Symphonie n° 2 en ré majeur, op. 73

 

À l’été 1877, Brahms goûte aux délices de Pörtschach, une station balnéaire près de la Wörthersee dans les Alpes autrichiennes. Le cadre l’enchante : il a loué deux petites chambres d’hôtel, et les mélodies lui viennent si facilement qu’il n’a plus qu’« à se pencher pour les ramasser ». De fait, la Symphonie n° 2 est la plus heureuse des symphonies du compositeur. Il règne, notamment dans les deuxième et troisième mouvements, une ambiance de villégiature sereine et conviviale. Brahms lui-même parlera de son œuvre comme d’une« petite symphonie gaie, tout à fait innocente ».

 

Préludant à cette œuvre merveilleuse, le chef Daniel Barenboïm et son orchestre West-Eastern Divan retrouvent l’une de leurs partenaires musicales d’exception, l’immense Martha Argerich dans le fiévreux Concerto pour piano n° 1 de Chopin.

 

 

Mercredi 16 août – Lucerne

 

À 19h30, au KKL Luzern, Concert Hall :

 

ORCHESTRE DU FESTIVAL DE LUCERNE – R. CHAILLY / D. TRIFONOV

 

Orchestre du Festival de Lucerne
Riccardo Chailly : Direction musicale
Daniil Trifonov : Piano

 

– S. Rachmaninoff : Concerto pour piano n° 4 en sol mineur, op. 40 (version originale de 1926) ; Symphonie n° 1 en ré mineur, op. 13

 

Etonnant concert ! Grand interprète de Rachmaninov, le chef Riccardo Chailly donne ici deux ouvrages parmi les plus rares du compositeur russe. La Symphonie n° 1 n’est en effet pas la plus jouée des symphonies de Rachmaninov, sans doute en raison du désastre de la création (on raconte que le chef Glazounov était ivre durant le concert !). Et pourtant quelle fougue ! Quel art de la construction et quelle beauté mélodique !

 

En 1917, quelques semaines après la Révolution d’Octobre, Rachmaninov quitte la Russie pour les Etats-Unis. Souffrant de l’irrépressible nostalgie du pays natal, le musicien écrit : « En quittant la Russie, j’ai laissé derrière moi l’envie de composer. En perdant mon pays, je me suis aussi perdu moi-même. Dans cet exil, loin de mes racines et de mes traditions, je ne trouve plus l’envie de m’exprimer ». Le Concerto pour piano n° 4 signe l’heure du renouveau. S’il est moins joué que les n° 2 et n° 3, ce concerto est également le plus concis et le plus personnel du cycle, Rachmaninov n’hésitant pas à citer nombre de ses œuvres antérieures.

 

La paire Riccardo Chailly à la baguette et Daniil Trifonov au clavier promet des prodiges.

 

 

Pré-arrivée optionnelle le vendredi 11 août – Lucerne

 

À 18h30, au KKL Luzern, Concert Hall :

 

CONCERT D’OUVERTURE

 

Orchestre du Festival de Lucerne
Chœur de la radio Bavaroise
Chœur du Luzern Kantorei

 

Riccardo Chailly : Direction musicale
Wiebke Lehmkuhl : Contralto

 

– G. Mahler : Symphonie n° 3 en ré mineur

 

Lorsque l’on compose « une œuvre de cette dimension, une œuvre qui reflète la création tout entière, on est, pour ainsi dire, un instrument dont joue l’univers ». Cette phrase de Mahler lui-même suffit à résumer la puissance de la Symphonie n° 3, l’une des plus démesurées jamais écrites par un homme. La Titan et la Résurrection achevées, il fallait à Mahler aller encore plus loin afin de créer un nouveau monde avec sa Symphonie n° 3 en ré mineur. L’allegro initial, Kräftig. Entscheiden (Avec force et décision) représente à lui seul la première des deux parties de l’œuvre. Il dure près de trente-cinq minutes, soit plus qu’une symphonie entière de Mozart ou Haydn. « Mahler était un fou. C’est une musique folle » expliquait le chef d’orchestre Klaus Tennstedt à ses musiciens. En plus de la présence de la mezzo-soprano, un effectif choral composé d’un double-chœur de femmes et d’enfants s’ajoute à l’orchestre. Cette gigantesque fresque symphonique sera ici portée par les forces conjointes de l’Orchestre du Festival de Lucerne, des femmes du Chœur de la radio Bavaroise et du Luzerne Kantorei. À la tête de l’Orchestre du Festival, le chef Riccardo Chailly poursuit l’héritage mahlérien de Claudio Abbado.

Prix par personne

 

VOTRE HÔTEL AU CHOIX

 

THE HOTEL – AUTOGRAPH COLLECTION (****)

Ce boutique-hôtel de luxe a été conçu par le célèbre architecte Jean Nouvel. Cet établissement résolument contemporain, inspiré du cinéma, est idéalement situé au cœur de Lucerne. Simplicité, souci du design et lignes pures en font un must de sérénité et d’élégance.

 

SCHWEIZERHOF (*****)

Le Schweizerhof est un hôtel de luxe idéalement situé face au lac, à deux pas de la vieille ville et à quelques minutes à pied de la Konzertsaal. Les chambres que nous avons sélectionnées donnent sur le Lac des Quatre-Cantons.

 

MANDARIN ORIENTAL PALACE (*****)

Fraîchement rénové, ce palace historique anciennement appelé Belle Epoque, incarne le comble du luxe et du raffinement.  Il est doté d’une vue à couper le souffle sur le lac et sur les Alpes suisses, d’un spa, d’un bar et de quatre restaurants gastronomiques.

 

 

PRIX PAR PERSONNE

Séjour du 12 au 17 août 2023 – 5 nuits

 

The Hotel :

Forfait en chambre double Corner Junior Suite : 3 410 €

Suppl. chambre individuelle Deluxe Studio : 1 060 €

Suppl. chambre individuelle Corner Junior Suite : 1 350 €

 

Forfait en chambre double Garden Park Loft Suite : 3 560 €

 

Schweizerhof :

Forfait en chambre double Deluxe vue lac : 3 790 €

Suppl. chambre individuelle Style vue lac : 1 395 €

 

Mandarin Oriental Lucerne :

Forfait en chambre double Supérieure : 6 050 €

Suppl. chambre individuelle Supérieure : 3 630 €

 

Le prix du séjour principal comprend : l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 5 nuits • la taxe de séjour • les places de spectacle de catégorie I pour 5 représentations • l’assistance rapatriement.

 

Ce prix ne comprend pas : les extras • le transport • les transferts aéroport.

 

Séjour individuel.

 

Transport et transferts aéroport sur demande.

 

Possibilité de programme plus court sur demande.

 

 

Pré-arrivée optionnelle du 11 au 12 août 2023 – 1 nuit

 

The Hotel :

Forfait en chambre double Corner Junior Suite : 720 €

Suppl. chambre individuelle Deluxe Studio : 210 €

Suppl. chambre individuelle Corner Junior Suite : 270 €

 

Forfait en chambre double Garden Park Loft Suite : 750 €

 

Schweizerhof :

Forfait en chambre double Deluxe vue lac : 790 €

Suppl. chambre individuelle Style vue lac : 280 €

 

Mandarin Oriental Lucerne :

Forfait en chambre double Supérieure vue lac : 1 320 €

Suppl. chambre individuelle Supérieure vue lac : 895 €

 

Le prix de la pré-arrivée comprend : l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 1 nuit • la taxe de séjour • la place de spectacle de catégorie I pour la représentation du 11 août • l’assistance rapatriement.

 

Ce prix ne comprend pas : les extras • le transport • les transferts aéroport.

 

Séjour individuel.

 

Transport et transferts aéroport sur demande.

 

Programme et prix communiqués sous réserves de modification de la part du festival ou par décision gouvernementale, en raison d’éventuelles contraintes sanitaires.

Et aussi...
Festival d'été
Du 12 au 17 août 2023
Contacter par courriel
Retrouvez tous les détails de ce voyage sur votre ordinateur
Contacter par courriel
Inscriptions

Ouvertes