VI
Voyages Individuels menu
La Fugue
Voyages Accompagnés Voyages Individuels Voyages Sociétés Calendriers Communication Contact Mentions Légales
Fr Eng
VI
Retour au voyage précédent
Salzbourg Pentecôte – du 21 au 25 mai 2021
Cecilia Bartoli, conçoit un programme à la gloire de sa ville natale
Du 21 au 25 mai 2021
Nombre limité de participants
Jonas Kaufmann
Anja Harteros
Bryn Terfel
Zubin Mehta
Philippe Jaroussky
Bulletin d'inscription

Cecilia Bartoli, conçoit un programme à la gloire de sa ville natale

Salzbourg est un joyau baroque. Avec ses merveilleuses églises, la cité autrichienne mérite son surnom de « Rome du Nord ». On se promène avec bonheur dans la vieille ville et du haut de la Forteresse de Hohensalzburg, on  admire une forêt de dômes et de clochers.

 

C’est précisément la Ville-Éternelle que le Festival de Pentecôte de Salzbourg met à l’honneur en 2021. Sa directrice, la légendaire Cecilia Bartoli, conçoit en effet un programme à la gloire de sa ville natale.

 

Concerts, oratorios, opéras, Rome inspire depuis toujours les compositeurs. La liste des musiciens invités laisse songeur : le chef Zubin Mehta interprétera Respighi et Mendelssohn, Philippe Jaroussky fera ses débuts de chef d’opéra dans un oratorio de Scarlatti, la Bartoli sera elle-même la vedette de La Clémence de Titus de Mozart, pendant que sir John Eliot Gardiner dirigera les œuvres romaines de Haendel.

 

Quant à Tosca, l’opéra de Puccini bénéficie de la plus fastueuse des distributions : Jonas Kaufmann, Anja Harteros et Bryn Terfel !

Votre programme

SAMEDI 22 MAI – SALZBOURG

À 11h, au Grosses Festspielhaus :

 

CONCERT D’ORCHESTRE – POÈME SYMPHONIQUE

 

Orchestre du Mai Musical de Florence
Direction musicale : Zubin Mehta
Violon : Maxim Vengerov

 

W. A. Mozart :
– O. Respighi : Pini di Roma – Poème Symphonique
– F. Mendelssohn : Concerto pour violon et orchestre en mi mineur op. 64 ; Symphonie n° 4 en la majeur op. 90 « Italienische »

 

Rome inspire depuis toujours les compositeurs, en premier lieu les musiciens italiens. Dans Les Pins de Rome, Respighi écrit un poème symphonique en quatre parties à la gloire de la Ville éternelle. Un jaillissement d’idées parcourt également le célèbre Concerto pour violon de Mendelssohn (interprété ici par l’immense Maxim Vengerov) et l’allègre Symphonie Italienne. Dans cette seconde œuvre, le compositeur allemand fait revivre le charme du soleil transalpin grâce à d’irrésistibles tarentelles. Ce programme sous la direction du chef Zubin Mehta s’annonce inoubliable.

 

À 19h, à la Haus für Mozart :

 

LA CLÉMENCE DE TITUS, de W. A. Mozart

 

Version de concert
Les Musiciens du Prince-Monaco
Direction musicale : Gianluca Capuano

 

Tito Vespasiano : Charles Workman
Servilla : Mélissa Petit
Sesto : Cecilia Bartoli
Annio : Lea Desandre
Publio : Peter Kálmán

 

La Clémence de Titus est l’un des plus beaux opéras de Mozart. Composé en un temps record à la toute fin de sa vie, l’ouvrage marque un retour vers les formes codifiées de l’opéra seria. Certes, l’œuvre n’a pas l’allégresse ni la féérie de Don Giovanni ou de La Flûte enchantée, mais la musique recèle quelques-uns des plus beaux airs de Mozart. Il y a une grandeur inouïe dans ces pages pour chœur qui prônent le pardon et la réconciliation. Pour chanter ce drame où Titus déjoue un terrible complot ourdi par Vitellia, Les Musiciens du Prince-Monaco de Gianluca Capuano pourront compter sur l’incomparable Sesto de Cecilia Bartoli et le rayonnant Titus de Charles Workman.

 

 

DIMANCHE 23 MAI – SALZBOURG

À 11h, à la Felsenreitschule :

 

MUSIQUE SACRÉE – DIXIT DOMINUS

 

Chœur Monteverdi
Solistes English Baroque
Direction musicale : Sir John Eliot Gardiner

 

– A. Corelli : Concerto grosso en do majeur op. 6/1
– G. F. Haendel : Cantate « Donna, che in ciel » pour soprano, alto, chœur et orchestre
– D. Mazzocchi : Concilio de Farisei
– G. F. Haendel : Dixit Dominus HWV 232

 

Haendel est le plus européen des compositeurs. En 1706, le jeune prodige allemand gagne l’Italie, où l’opera seria l’éblouit. À Rome, le Saint-Siège jetant un œil suspicieux sur le théâtre, Haendel sacrifie au répertoire sacré, notamment dans le magnifique Dixit Dominus. À l’instar des œuvres flamboyantes de Scarlatti et Corelli, la couleur et l’élan rythmique règnent ici en maître. Rarement, un psaume en musique aura paru aussi dramatique, avec des chœurs d’une étourdissante virtuosité. C’est ce merveilleux répertoire que le légendaire chef britannique sir John Eliot Gardiner ressuscite à la tête du splendide Chœur Monteverdi et des English Baroque Soloists.

 

À 19h, à la Haus für Mozart :

 

IL TRIONFO DEL TEMPO E DEL DISINGANNO, de G. F. Händel
LE TRIOMPHE DU TEMPS ET DE LA DÉSILLUSION

 

Nouvelle mise en scène
Les Musiciens du Prince-Monaco
Direction musicale : Gianluca Capuano
Mise en scène : Robert Carsen

 

Bellezza : Mélissa Petit
Piacere: Cecilia Bartoli
Disinganno : Lawrence Zazzo
Tempo : Charles Workman

 

Dans les années 1700, Rome s’imposait comme un centre artistique exceptionnel : les grands cardinaux ne reculaient devant aucune dépense pour les spectacles fastueux qu’ils accueillaient dans leurs palais. La papauté interdisant aussi bien l’opéra que la présence de femmes dans le répertoire sacré, la musique dramatique se tourna vers l’oratorio et les grands castrats incarnaient tous les rôles, y compris féminins. Lors de son séjour, Händel put se mesurer à des maîtres aussi illustres que Scarlatti et Caldara, suscitant une admiration universelle avec des chef-d’œuvre tels que l’oratorio Il Trionfo del Tempo e del disinganno. Un quatuor vocal exceptionnel (Mélissa Petit, Cecilia Bartoli, Lawrence Zazzo, Charles Workman) ressuscite cette vocalité flamboyante, avec des moyens vocaux uniques. Autour d’eux, Les Musiciens du Prince-Monaco déploieront une opulence sonore et un raffinement de timbres inouïs, sous la direction de Gianluca Capuano, l’un des spécialistes les plus reconnus de ce répertoire. Après un inoubliable Chevalier à la rose en 2004, l’immense metteur en scène canadien Robert Carsen renoue enfin avec le Festival de Pentecôte de Salzbourg.

 

 

LUNDI 24 MAI – SALZBOURG

À 11h, au Mozarteum :

 

CAIN, OVERO IL PRIMO OMICIDIO, de A. Scarlatti

 

Version de concert
Ensemble Artserse
Direction musicale : Philippe Jaroussky

 

Adamo : Kresimir Spicer
Eva : Inga Kalna
Abelle : Bruno de Sá
Caino : Filippo Mineccia
Voix de Dieu : Paul-Antoine Bénos-Djian
Voix de Lucifer : Yannis François

 

Attention, événement ! Vous connaissez Philippe Jaroussky, contre-ténor à la voix céleste et à la musicalité experte ; vous découvrirez Philippe Jaroussky chef d’opéra grâce à l’invitation de Cecilia Bartoli. À la tête de son ensemble Artaserse, le musicien français dirige en effet son premier opéra sur scène, témoignant d’une nouvelle carrière très prometteuse. Composé en 1707, Cain overo il primo omicidio de Scarlatti est l’un des chefs d’œuvre du baroque italien. Le livret raconte le terrible meurtre de Caïn sur Abel, avec une ensorcelante douceur. Dans les rôles titres, Jaroussky a réuni de fidèles chanteurs, pour une soirée grandiose où chacun donnera le meilleur de soi.

 

À 16h, au Grosses Festspielhaus :

 

TOSCA, de G. Puccini

 

Version de concert
Orchestre et Chœur du Mai Musical de Florence
Direction musicale : Zubin Mehta

 

Floria Tosca : Anja Harteros
Mario Cavaradossi: Jonas Kaufmann
Le baron Scarpia : Bryn Terfel
Cesare Angelotti : Francesco Milanese
Un sacristain : Alfonso Antoniozzi
Spoletta : Francesco Pittari
Sciarrone : Giulio Mastrototaro
Un geolier : Ernesto Panariello
Un berger : Cecilia Bartolia

 

Étrange paradoxe que la Tosca de Puccini ! Il s’agit d’un huis-clos mais on y respire à plein poumons l’air de Rome tout au long de l’ouvrage. La Ville Éternelle est en effet l’un des personnages principaux de ce mélodrame flamboyant. On y entend la clameur du petit matin, on y distingue la silhouette imposante du château Saint-Ange… L’une des singularités de cette représentation exceptionnelle est de retrouver Cecilia Bartoli dans le rôle du Jeune berger, rôle qu’elle chantait à dix ans sur la scène de l’Opéra de Rome. Mais bien sûr, c’est le trio de tête qui attire tous les regards : Anja Harteros, Jonas Kaufmann et Bryn Terfel seront les héros d’une soirée superlative, placée sous la direction du formidable chef indien Zubin Mehta

 

Prix par personne

Star Inn Gablerbräu (***) :
Forfait en chambre double Superior : 2 470 €
Supplément chambre individuelle Standard : 168 €
Supplément chambre individuelle Superior : 264 €

 

Blaue Gans (****) :
Forfait en chambre double Large : 3 200 €
Supplément chambre individuelle Medium : 717 €
Supplément chambre individuelle Large : 955 €

 

Goldener Hirsch (*****) :
Forfait en chambre double Deluxe : 3 740 €
Supplément chambre individuelle Classic : 480 €
Supplément chambre individuelle Deluxe : 1 120 €

Forfait en chambre double Junior Suite : 4 180 €

 

Sacher (*****sup.) :
Forfait en chambre double Deluxe : 3 330 €
Supplément chambre individuelle Superior : 1 348 €

Forfait en chambre double Deluxe vue rivière : 3 450 €
Supplément chambre individuelle Deluxe vue rivière : 1 452 €

 

Le prix de ce voyage comprend : l’hébergement en chambre double avec petit déjeuner pour 4 nuits • la taxe de séjour • les places de spectacle en première catégorie • l’assistance rapatriement.

 

Le prix de ce voyage ne comprend pas : les extras • le transport • les transferts aéroport

 

Séjour individuel.

Transport et transferts aéroport sur demande.

 

Programme et prix communiqués sous réserves de modi-fication de la part du festival ou par décision gouverne-mentale, en raison d’éventuelles contraintes sanitaires.

 

Et aussi...
Cecilia Bartoli, conçoit un programme à la gloire de sa ville natale
Du 21 au 25 mai 2021

Elisabeth Belloc :

+33 (0)1 43 59 20 32

Contacter par courriel
Retrouvez tous les détails de ce voyage sur votre ordinateur

Elisabeth Belloc :

+33 (0)1 43 59 20 32

Contacter par courriel
Inscriptions

Ouvertes